Système de fonctionnement du boitier Ultra


Le boitier ULTRA réduit l’énergie gaspillée sous forme de chaleur (effet Joule). La structure de l’appareil, constituée de matière composite et d’éléments non électroniques, crée une interaction entre les électrons qui génère des paires de Cooper dans le circuit électrique. Ces paires de Cooper permettent d'améliorer la circulation des électrons, réduisant la réactance du circuit.

Cette amélioration de la circulation des électrons diminue les phénomènes d’attraction et d'intéraction qui sont notamment à l’origine de la transformation de l’énergie électrique en chaleur non désirée.

Toutes les installations électriques existantes consomment de l’énergie pour acheminer le courant du point de distribution (compteur EDF) au point de consommation (éclairage, appareils électroménagers, PAC, etc…). L’énergie perdue dans le trajet s’appelle la perte en ligne(l’échauffement d’un câble lorsque le courant passe à l’intérieur en est une illustration). Cette perte est d’autant plus grande que la résistance du conducteur est grande.

Or la résistance d’un matériau peut être calculée à partir de la formule suivante : R=(?.L)/A De cette manière, avec une longueur de fil (L) et une section fixée (A), le seul moyen de réduire la résistance (R) est de jouer sur la résistivité (?).

La résistivité d’un matériau va de l’infini (isolant) à 0 (supraconducteur). L’énergie perdue du fait de cette résistivité fait partie de votre consommation et vous est donc facturée par votre fournisseur d'électricité. C’est donc sur cette résistivité que notre boitier va agir.

Dans une installation, plus il y a de charges inductives, plus la circulation du courant est altérée par les champs magnétiques générés. Le boitier réduira par un effet mémoire l’influence de ces champs magnétiques (il lui faudra plusieurs jours pour atteindre sa pleine efficacité).

Le fonctionnement d'Ultra en 5 étapes :

Etapes du fonctionnnement du boitier Ultra


La plupart des autres systèmes agissent en baissant la tension disponible, en délestant certains secteurs ou en stockant provisoirement l’énergie.
Il peut en résulter des contraintes préjudiciables pour l’utilisateur comme la diminution de l’intensité de l’éclairage, la coupure du chauffage (supermarchés, hôtels, habitations…) ou encore la baisse du rendement des moteurs (machines, appareils électroménager, climatisation, ventilation…) et des dommages à terme aux équipements.

ULTRA n’interfère avec aucun autre dispositif électrique ou électronique, il n’empêche l’action d’aucun autre dispositif de gestion de l’énergie, comme les batteries de condensateurs ou les délesteurs par exemple. Son action est complémentaire.

Les boitiers ULTRA limitent le gaspillage de l’énergie dissipée sous forme de chaleur notamment (effet Joules), en permettant une plus grande fluidité du courant par une diminution des résistances du circuit.

Le procédé ULTRA est l’aboutissement de l’application opérationnelle des travaux de trois chercheurs qui ont obtenu le prix Nobel de physique en 1972 pour des recherches sur la supraconductivité.

La similitude avec la théorie de la supraconductivité s’explique par la génération dans l’installation électrique de paires de Cooper qui permettent d’améliorer la circulation des électrons en évitant les obstacles induits par la résistance. Cette libre circulation évite tous les phénomènes d’attraction ou de frottements qui sont à l’origine de la transformation de l’énergie et du courant en chaleur non désirée (à l’exception d’une résistance chauffante, par exemple.

Structure interne du boitier Ultra